Les bourdons, les moustiques, les oies sauvages, les canards, les cygnes et tout le reste. Que c'est beau la nature et de vivre au rythme de celle-ci. Bien que les moustiques sur la gueule, que ce soit dans l'oeil, sur la bouche, dans les narines et les oreilles, ce n'est pas agréable...

Au détour de nulle part, je cherche mon chemin, je vois arrivé deux gars et puis il s'avère qu'ils vont dans la même direction que moi. Je demande si je peux les suivre un bout de chemin. Avec eux, Thom et Maxi, je ne vois pas les kms avancés. J'ai l'impresssion que tout est redevenu à la normale après ces 2 jours de repos. Nous passerons un bonne partie de la journée ensemble. nous prenons le temps d'un repas au restaurant par un soleil radieux. Puis la route nous appèlent. Vers le kms 75 je décide de lever le pied et de continué tout seul à mon rythme. La nuit vient et je navigue dans cette ville pour retrouver mon chemin. Si tous les kms faits étaient lignéaires, je serai bien plus haut sur la carte. En se début de soirée les kms se cumulent et la nuit vient et je suis au milieu de nulle part. Pas de panique à bord, le commandant tient le guidon fermement. Je sort à peine de cette ville pour retrouvé un village et une place verte. Je m'installe pour la nuit et elle est froide. Je me demande si mon sac de couchage est adapté pour la saison. Si ça continue ainsi, j'en achèterai un pour le froid.

Je me réveille, plie le campement, ne laisse pas de déchets derrière moi et prends la grande route pour y retrouvé une station service et un café. Remplir le thermos et boire une tasse, manger un truc, et c'est déjà 8€ qui partent. je roule dans les vignobles du coin et c'est encore un beau jour de soleil. Au total je n'aurai pas eu tant de pluie que celà. Et 2 jours que je laisse la veste à partir de 13-14 h.

Me voilà maintenant à Franckfort. J'ai pris la décision de dormir avant dans un espace vert pour économiser une nuit. Donc aujourd'hui juste 15 kms pour être rendu à l'aubege de jeunesse. je vais me prendre une bonne douche et me reposer. préparer le repas pour demain soir et laver mes affaires. En arrivant ici je puais comme pas deux. Maintenant c'est bon de se sentir au propre et à l'abris...